01 novembre 2008

Le Chemin des sortilèges, Nathalie Rheims

images_2_Un jour, il est parti. Lui qui l'avait vue naître et accompagnée depuis toujours, il s'est retiré dans la solitude. Dix ans plus tard, elle retrouve sa trace et le rejoint pour comprendre ce qui s'est passé. Dans une maison aux apparences trompeuses commence un huis clos où les cauchemars se confondent avec le réel. Les souvenirs ressurgissent à travers les contes de fées qu'une main invisible dépose chaque soir à son chevet. De l'éveil de La Belle au bois dormant au crépuscule de La Petite Marchande d'allumettes, elle franchit les étapes d'une étrange initiation qui la mène à un secret bouleversant.

Mêler psychologie, fantastique et merveilleux des contes de fées... C'est exactement le genre d'ingrédients qu'il me faut pour me jeter sur un livre. Souvent malheureusement, j'en attends tellement que je suis déçue du résultat... et ce n'est pas encore avec celui-ci que mon petit cerveau avide de magie et de créatures fabuleuses a été rassasié! L'atmosphère un peu étrange, lointaine, est assez bien plantée dès le début mais le tout reste froid. En fait, j'ai eu l'impression de lire un premier brouillon de ce qui aurait pu devenir un beau conte initiatique, avec pour cadre une grande maison dont les secrets débordent derrière chaque porte. Le style est lourd, répétitif, et la nostalgie forcée. La narratrice-personnage nous est complètement étrangère, on ne connaît d'elle que son deuxième prénom (!), elle ne sait pas ce qu'elle est venue chercher chez cet homme qu'elle n'a pas revu depuis dix ans... et nous non plus. D'accord, la surprise finale nous éclaire un peu sur ce point mais elle n'est décidemment pas suffisante, puisque c'est bien avant la dernière page que nous aurions aimé partager cette quête avec l'héroïne. Le traitement des contes de fées semble lui aussi inabouti: ils sont explicitement appliqués à la vie du personnage, mais de manière finalement banale. Dommage, vraiment, de passer à côté d'un sujet aussi riche que celui-ci. L'auteur s'est peut-être "noyée" parmi trop d'éléments autobiographiques, comme le laisse entendre la fin et, inconsciemment ou non, nous a laissé sur le bord de la route.

Merci aux éditions Léo Scheer et à http://chez-les-filles.com.

Posté par crapouillaud712 à 18:28 - - Commentaires [7] - Permalien [#]


Commentaires sur Le Chemin des sortilèges, Nathalie Rheims

    Tu dois être une des toutes premières à parler de ce livre offert à de nombreuses bloggeuses...
    Alors donc, je ne dois pas trop pleurer de n'avoir pas été une des élues !

    Posté par sybilline, 01 novembre 2008 à 19:21 | | Répondre
  • J'ai eu la même impression que toi. Les contes n'ont pas été assez utilisés.
    Le site "chez les filles" l'offre ? Mince alors, je l'ai acheté !

    Posté par Leiloona, 02 novembre 2008 à 10:37 | | Répondre
  • Comme toi, j'ai été déçu par cette lecture. Pourtant l'idée de départ était originale...

    Posté par calepin, 02 novembre 2008 à 13:05 | | Répondre
  • Je viens de le finir et mon billet à venir relate ma lecture.
    Je suis un peu plus enthousiaste que vous. La surprise finale m'a bien plu et a du coup éteint toutes les critiques qui bouillonnaient en moi.
    J'ai bien aimé les rappels de conte de fées.
    Je l'ai aussi préféré à quelques-uns de ceux que j'ai déjà reçu peut-être est-ce pour cela que je suis plus positive...

    Posté par Constance 36, 06 novembre 2008 à 17:26 | | Répondre
  • J'ai moi aussi trouvé ce livre inabouti. J'ai surtout trouvé l'utilisation des contes assez superficielle...

    Posté par BlueGrey, 13 novembre 2008 à 12:37 | | Répondre
  • j'ai bien aimé me glisser doucement dans ce livre assez court mais qui nous porte dans une ambiance onirique où j'ai aimé écouter se croiser les voix des fantomes, à celles des rêves et des contes...

    Posté par sylvie, 19 décembre 2008 à 13:33 | | Répondre
  • j'ai eu l'impression de passer à côté: ne connaissant pas assez la psychanalyse et ayant l'impression qu'elle était omniprésente, j'ai eu la sensation de passer à côté de tout sans m'attacher vraiment au personnages...

    Posté par akialam, 22 mai 2009 à 12:23 | | Répondre
Nouveau commentaire